fbpx
Embarquement immédiat !!!
12 janvier 2019

Et pourquoi pas ? Na !!! J’ai envie d’être MOI

Cela faisait longtemps que j’avais envie d’écrire mais écrire juste pour écrire, quel intérêt me direz-vous ! Et vous avez raison.

Jusqu’à présent, les idées se bousculent dans ma tête un peu dans tout les sens tout comme lorsqu’un déménagement vient de s’achever, que les cartons sont tous empilés et qu’il est difficile de savoir par lequel commencer.

Partout (réseaux sociaux, média…), il est précisé qu’il est idéal de se spécialiser dans un domaine précis pour que les prospects et les clients puissent nous reconnaître et nous retrouver facilement. J’ai essayé de rentrer dans le moule mais je n’ai pas trouvé de moule me correspondant.

Vous êtes-vous déjà senti obligé de faire telle ou telle chose parce qu’il paraît que c’est mieux ainsi ? Que ça fonctionnera mieux ? Parce que les algorithmes ne vous pénaliseront pas ?

Et bien moi, j’en ai marre ! ! !

J’en ai marre de me sentir contrainte de faire comme ceci, ou comme cela parce qu’il paraît que c’est mieux, que c’est bien… Et patati et patata !!! J’essaye de me plier depuis plusieurs mois à toutes ces règles de marketing et d’algorithme pour être vue, likée, partagée…

De l’idée vers l’harmonisation

Lorsque les personnes autour de moi m’ont dit « Delphine, tu devrais te spécialiser et te concentrer sur une seule thématique à la fois. Par exemple, tu nous disais aimer faire du macramé ! Et bien choisi ce thème et fais-le à fond. »
Je vois bien tous ces jolis comptes Instagram et Facebook qui ont un seul thèmes comme ligne directrice. Je le vois nous proposer de jolies photos des créations réalisées sur le même thème : c’est harmonieux, ça donne envie, envie de s’y mettre ou de progresser aussi vite que ces entrepreneurs… 
Comme me le disaient mes proches et mes amies, je comprend très bien ce côté « unicité » dans mon activité et au fond de moi je sais que cela me permettrait de cibler davantage les personnes intéressées. Et je l’ai fait ! Je me suis cantonné à étudier le macramé au-delà des nœuds de base, à créer des modèles simples puis de plus en plus perfectionnés en proposant des macramés muraux décoratifs, des suspensions pour plantes etc.

Je sais aussi que pour fonctionner et vendre mes créations, fabriquer ne suffit pas ! Il faut être vue virtuellement et physiquement : faire des marchés ou des salons, être sur les réseaux sociaux avec un compte harmonieux, avoir une boutique en ligne, un site Internet au top, un blog qui apporte un plus aux passionnées qui me suivent… c’est beaucoup de travail et beaucoup d’entrepreneurs y arrivent. Mais font-il seulement cette activité de création ? Car de mon côté, je n’arrive pas à m’y résoudre.

De l’unicité à la frustration

Certains entrepreneurs créatifs ont pour seule activité de créer et vendre leur production souvent en modèle unique. C’est déjà un gros travail car produire ne suffit pas. Lorsque tu choisis d’être entrepreneur, il faut être artisan pour confectionner une production, il faut être gestionnaire de stocks, passer des commandes auprès des fournisseurs sélectionnés, suivre la comptabilité, faire du marketing… Bref un travail à temps complet ! Que dis-je ? Un poste à plusieurs métiers à coordonner subtilement.

En ce qui me concerne, j’aime fabriquer de nouveaux objets, qu’ils soient décoratifs pour votre maison ou bien qu’ils soient des bijoux. J’aime voir qu’à partir de fils sur une bobine, il est possible d’obtenir un objet utile, beau, unique… mais ce que j’aime par-dessus tout, c’est ANIMER DES ATELIERS ! Et oui, transmettre mes connaissances créatives est l’activité qui me fait KIFFER le plus aujourd’hui. Bien sûr  j’aime repousser mes limites en tant que créatrice, et je me suis fixée de nouveaux challenges dans le domaine du macramé pour pouvoir créer des objets complètement différents de ce que j’ai pu faire aujourd’hui. Mais la transmission de ma passion créative va au delà de ça.

Mais pourquoi parler de frustration alors ? Tout simplement parce que du coup, j’ajoute une nouvelle branche pro à mon activité. Je ne suis plus uniquement créatrice mais aussi animatrice d’ateliers. Ah aaaahhhhh ! Je commence à me démultiplier et internet n’aime pas ça. Donc jusqu’à maintenant, je me suis cantonnée à publier un max de créations et un minimum d’ateliers (bon ok, c’est aussi parce que j’étais mal organisée que je ne communiquais pas assez à ce sujet 😛 )

Le partage des savoirs

J’aime voir arriver les enfants, les adolescents, les adultes à mes ateliers, les voir s’installer autour de la table, touché le matériel qui a été fourni, parler du sujet qui est proposé lors de l’atelier, les sentir fébriles et douter de leurs capacités, les voir écouter scrupuleusement mes instructions pour appréhender la technique proposée.

Puis petit à petit les voir se lâcher et prendre du plaisir à créer. Et lorsque, en fin de séance mes stagiaires se surprennent à dire « c’était super cet atelier ! Je ne pensais pas y arriver mais c’est fait, j’ai fait moi-même cette création ! Et en plus, je me suis détendue, j’ai pris du plaisir à le faire ».

Et là, avec un modeste sourire, je les remercie d’avoir participé à mon atelier. Mais intérieurement, c’est l’excitation ! La jubilation ! La fierté ! C’est une sorte de drogue, comme de l’adrénaline pure injecter directement dans les veines. C’est du bonheur puissance 10 milliards. C’est pour ça que je kiffe lorsque j’anime des ateliers.

Maintenant, stop ! Trop c’est trop !!!


Jusqu’à maintenant, je n’en proposais pas beaucoup car pour rentrer dans le moule, il fallait que je fabrique mes propres créations. Produire… Non pas à la chaîne bien sûr mais produire quand même.

Mais aujourd’hui ça ne va plus ! Ce n’est plus possible ! J’ai tout fait dans ce moule qui nous est donné ! C’est démoralisant de mon point de vue et je n’en veux plus. J’y étais à l’étroit. Je ne veux plus me brider, je ne veux plus être frustrée de devoir partager avec vous uniquement mes créations et annoncer les ateliers proposés. Je veux être moi, Delphine, organisatrice d’ateliers, créatrice de sourires. Je veux pouvoir partager avec vous les différentes facettes de ma personnalité créative.

Alors dorénavant, vous me découvrirez pleinement et pas uniquement en tant que créatrice d’objets et de bijoux. Je ne sais pas encore comment je vais rendre tout cela harmonieux mais j’ai envie de partager avec vous tout ce qui fait que je suis passionnée d’activités créatives.

Et si nous faisions un bout de chemin ensemble ?

Est-ce que cela vous tente de suivre mon aventure, de voir comment j’ai réussi à sortir du moule dans lequel je n’arrive pas à rentrer ? Est-ce que vous vous sentez dans la même situation que moi ? Est-ce que vous vous êtes sentie un jour dans la même situation et aujourd’hui vous avez réussi à être vous-même ? Avez-vous des idées ou des conseils à nous donner sur votre parcours pour atteindre la liberté créative qui est en nous ?
Dans ce cas, partagez votre expérience ci-dessous, posez vos questions, racontez-nous votre évolution créative. J’en suis ravi d’avance.
Créativement

Delphy